Nouvelles à la SOGC

Réponse à de récentes questions au sujet des effets du dispositif intra-utérin au lévonorgestrel sur l’humeur

La SOGC approuve cette lettre rédigée par Dr Jocelyn Bérubé et Dre Édith Guilbert, clarifiant de récentes questions au sujet des effets du dispositif intra-utérin au lévonorgestrel sur l’humeur. Cette lettre a été publiée à l’origine sur le site Web de Dr Jocelyn Bérubé, en réponse à un article publié dans Le Journal de Montréal en juin 2017 (http://www.journaldemontreal.com/actualite/societe/mirena). 


Un article parlant d'une omerta sur les effets secondaires, en particulier ceux liés à l'humeur, du stérilet Miréna a été publié récemment et a inquiété plusieurs femmes.

Voici quelques données pour vous informer:

- La monographie canadienne du produit (Mirena) rapporte la fréquence des effets secondaires retrouvés lors des études menant à l'approbation du produit. On y cite une fréquence de 1% à moins de 10 % pour les troubles d'ordre psychiatrique, soit dépression, baisse de la libido et nervosité.

- Quelques études ont été publiées concernant le risque possible de dépression sous Mirena; en voici les conclusions:
+ JAMA Psychiatry 2016 September : 2387: Légère augmentation du risque de dépression chez les utilisatrices de Mirena, en particulier à l'adolescence. Étude comportant de nombreux biais méthodologiques. (Niveau II)
+Arch Gynecol Obstet. 2014 Sep;290(3):507-11: les scores de qualité de vie ont augmenté tandis que ceux relatifs à la dépression n'ont pas changé après 6 mois d'utilisation du Mirena. (Niveau II)
Contraception. 2012 Nov;86(5):470-80: aucune association n'a été retrouvée entre l'utilisation du Miréna, sa durée d'utilisation et l'augmentation du score de dépression selon l'échelle Beck. (Niveau II)
+ Hum Reprod. 2011 Nov;26(11):3085-93: l'utilisation du Miréna semble être associé avec un effet favorable quant à la santé mentale. (Niveau II)
J Sex Med. 2012 Apr;9(4):1065-73: aucune différence dans la fonction sexuelle ou les symptômes dépressifs entre les utilisatrices de stérilet au cuivre et celle de Miréna. (Niveau II)
Int J Behav Med. 2007;14(2):70-5: l'utilisation du Miréna comparativement à l'hystérectomie chez les femmes ayant des ménorragies est associée à plus de symptômes dépressifs. (Niveau I)
JAMA. 2004 Mar 24;291(12):1456-63: l'utilisation du Miréna comparativement à l'hystérectomie chez les femmes ayant des ménorragies ne modifie pas les éléments de qualité de vie et le bien-être psycho-social. (Niveau I)

Je crois que l'on peut dire de cette courte revue scientifique que le risque de problème de santé mentale spécifiquement lié au stérilet Miréna semble difficile à prouver. Par contre, il n'est pas exclu que certaines femmes soient particulièrement sensibles à la progestérone (Lévonorgestrel du Mirena) et que les symptômes augmentent chez elle ayant une certaine tendance dépressive ou anxieuse. 

Il est important que les médecins qui prescrivent le stérilet Mirena avisent leurs patientes des effets secondaires possibles, y compris ceux concernant l'humeur. Par contre, en aucun cas, une histoire de dépression ou une dépression actuelle est une contre-indication à l'utilisation de ce stérilet. Chez ces patientes, il pourra être prudent d'assurer un suivi de leurs effets secondaires et s'assurer qu'une humeur dépressive ne s'exacerbe pas. 

Il est important de toujours mettre en perspective les effets secondaires avec les effets bénéfiques d'une méthode contraceptive. Le stérilet Mirena est la méthode contraceptive réversible la plus efficace sur le marché (ne pas oublier les effets dévastateurs d'une grossesse non planifiée) et réduit de 75% à 80% l'abondance menstruelle (ne pas oublier non plus les effets dévastateurs des ménorragies).

J'espère que ces informations seront utiles.

Jocelyn Bérubé et Édith Guilbert