Nouvelles à la SOGC

Nouvelle directive clinique : Congélation d’ovules pour pallier le déclin de la fertilité lié à l’âge

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) a publié aujourd’hui une directive clinique Congélation d’ovules pour pallier le déclin de la fertilité lié à l’âge. Cette directive présente une revue exhaustive de la littérature sur la congélation d’ovules pour des raisons sociales et formule des recommandations fondées sur des données probantes à l’intention des cliniques de fertilité canadiennes offrant ce service.
 
Au cours des 40 dernières années, les pays industrialisés ont vu l’âge de procréation augmenter. Au Canada, la moitié des femmes qui donnent naissance sont maintenant âgées de 30 ans ou plus et l’âge moyen auquel les femmes ont leur premier enfant est passé de 23,7 en 1970 à 28,5 en 2011. « Même si souvent, le fait de repousser l’âge d’une première grossesse est présenté comme un choix, pour bien des femmes il ne s’agit pas d’un choix volontaire, mais plutôt du résultat de circonstances de vie sur lesquelles elles ont peu de contrôle », affirme Dre Jennifer Blake, directrice générale de la SOGC.
 
« Toutefois, le risque d’infertilité augmente avec l’âge; de 20 à 24 ans, il est approximativement de 6 %, puis il passe à 16 % chez les femmes de 30 à 34 ans, avant de bondir à 64 % chez celles de 40 et 44 ans. Par conséquent, de plus en plus de femmes se renseignent auprès des cliniques de fertilité afin de gérer le déclin de la fertilité causé par l’âge ou encore d’accroître leurs chances de concevoir dans l’avenir. »

Les options possibles comprennent souvent la tentative de conception plus jeune, l’insémination avec recours au sperme d’un donneur, le recours au don d’ovules ou d’embryons, ou encore la congélation d’ovules pour des raisons sociales (congeler ses propres ovules afin de garder ses possibilités de procréation ouvertes et de se prémunir contre le déclin de la fertilité causé par l’âge). 
 
Relativement peu de Canadiennes ont congelé des ovules pour des raisons sociales, et elles sont encore moins nombreuses à en avoir utilisé; en effet, selon la plus grande série publiée à ce sujet à ce jour, le pourcentage d’utilisation ne serait que d’environ 10 %. Il faudra encore des années, voire des décennies avant que la plupart des cliniques disposent de données fiables, représentatives et liées à l’âge.

D’ici là, la SOGC et la Société canadienne de fertilité et d’andrologie (SCFA) ont formulé un ensemble de recommandations à l’intention des cliniques de fertilité canadiennes offrant la congélation d’ovules pour des raisons sociales.