Archives

  • 8 mars 2017

    Célébration de la Journée internationale des femmes

    Le 8 mars de chaque année, le monde entier célèbre la Journée internationale de la femme. C’est l’occasion de réfléchir aux progrès et aux réussites en matière d’amélioration de la santé des femmes, de leur bien-être et de l’égalité des droits ainsi que de renouveler les engagements pris pour continuer à forger un monde meilleur et plus inclusif pour tous.

     

    Cette journée spéciale est également l’occasion de souligner le travail important des membres de la SOGC, qui s’efforcent chaque jour de faire progresser la santé des femmes. En tant qu’experts dans le domaine de la santé de femmes, ils sont aux premières lignes des soins et du soutien émotionnel offerts aux femmes, en plus d’agir en tant que porte-paroles pour les femmes qui n’arrivent pas à faire entendre leur message. 

     

     

    À l’occasion de cette journée, comme de toutes les autres d’ailleurs, la SOGC réitère son engagement à faire en sorte que toutes les femmes aient accès à des soins de santé sexuelle et génésique de qualité.

     

    Elle travaille sans relâche afin d’offrir à ses membres les outils et les ressources nécessaires à leur pratique.

     

    Puisqu’elle prône le droit de toutes les femmes d’avoir accès à la gamme complète de services de soins de santé sexuelle et génésique, la SOGC encourage ses membres à suivre en ligne son Programme de formation sur l’avortement médical et à suivre l’évolution de ses plus récentes directives cliniques

     

    Peu importe votre manière de célébrer, la SOGC aimerait avoir de vos nouvelles! Dites-nous comment vous célébrerez en ce 8 mars et expliquez ce que la Journée internationale des femmes signifie pour vous! Pour ce faire, envoyez un courriel à l’adresse info@sogc.com ou participez au fil de conversation sur Facebook ou Twitter : #JIF2017, l'#ÉgalitéCompte.

  • 8 mars 2017

    Célébration de la Journée internationale des femmes

  • 6 janvier 2017

    Op-ed : La ménopause et la culture de l’ignorance

    Si quelqu’un disait à une femme en ménopause que les bouffées de chaleur qu’elle ressent ne se passent que dans sa tête, il y aurait, sans l’ombre d’un doute, une mobilisation massive pour dénoncer une désinformation de la sorte.

    Pourtant, personne ne s’est encore indigné d’un récent article de la CBC laissant entendre que l’« atrophie vaginale » est en grande partie un outil marketing des géants de l’industrie pharmaceutique au lieu d’un état physiologique douloureux dont les femmes souffrent. 

    Seuls 20 % des Canadiennes ont la chance de se considérer comme asymptomatiques pendant la ménopause. Néanmoins, jusqu’à 80 % des Canadiennes disent souffrir d’au moins un des symptômes de la ménopause notamment les sautes d’humeur, l’irritabilité, le sommeil entrecoupé, les bouffées de chaleur ou la sécheresse vaginale.

    Bien qu’environ la moitié des femmes de plus de 50 ans éprouvent à divers degrés un inconfort physique causé par cet éventail de symptômes, nous n’en parlons toujours pas. Pourtant, de multiples sondages indiquent que des femmes évitent les moments d’intimité, à partir de la ménopause, car elles craignent que les relations sexuelles soient douloureuses.

    En tant que référence en matière de santé des femmes, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) croit qu’il est grand temps que les femmes cessent de souffrir en silence. La ménopause est une étape naturelle du processus de vieillissement qui non seulement se répercute sur la plupart des femmes qui la vivent, mais touche aussi de façon marquée leurs partenaires. Il est important, pour améliorer leur qualité de vie, de mettre fin à la culture de l’ignorance qui entoure la ménopause et de remettre les pendules à l’heure.

    Consulter la version intégrale de l'op-ed de la SOGC...