Brochures d'éducation publique

La SOGC offre les dépliants d’éducation publique suivants à l’intention des patientes, des cliniques et des établissement de soins de santé. Ce matériel a été revu et approuvé par des spécialistes en la matière de la SOGC.

Orgasmes féminins – Mythes et réalités

  • Anorgasmie
  • Mythes entourant l'orgasme féminin
  • Ce que vous pouvez faire
  • Un petit mot sur les vibrateurs
  • Lectures suggérées

Retournez
Anorgasmie
L'anorgasmie est une incapacité à atteindre l'orgasme et survient chez environ 10 pour cent des femmes. L'anorgasmie peut être dite primaire (la femme n'a jamais atteint l'orgasme d'aucune façon) ou secondaire (la femme a déjà connu l'orgasme à un point dans sa vie). Elle peut aussi être globale (aucun moyen ne permet de parvenir à l'orgasme) ou circonstancielle (l'orgasme peut être atteint dans certaines situations, mais pas dans d'autres; par exemple, par la stimulation manuelle, mais non par les rapports sexuels).
Retournez
Mythes entourant l'orgasme féminin
Plusieurs mythes existent par rapport à l'orgasme. Ces mythes sont parfois à l'origine de problèmes pour les femmes et leurs partenaires. Mythe: L'orgasme est toujours une expérience extraordinaire et il n'est pas normal qu'il en soit autrement. Réalité: Certaines femmes ont des orgasmes, mais elles ne le savent pas. Certaines femmes ne connaissent pas l'orgasme dans le sens qu'elles ne sentent pas la contraction des muscles de leur plancher pelvien. Elles atteignent toutefois un sommet d'excitation après lequel elles se sentent détendues et satisfaites, les mêmes sentiments que connaissent d'autres femmes après l'orgasme. En revanche, les femmes qui connaissent une grande excitation et qui n'atteignent pas l'orgasme se sentiront parfois « nerveuses » ou « crispées » ou encore ressentiront un inconfort douloureux au niveau du pelvis. Mythe : Les femmes « normales » atteignent l'orgasme au cours des rapports sexuels. Réalité : Seulement un tiers des femmes connaissent l'orgasme régulièrement pendant les relations sexuelles. Un tiers atteignent l'orgasme pendant les relations sexuelles mais ont besoin d'une stimulation spéciale. Un tiers n'arrivent jamais à l'orgasme au cours des relations sexuelles mais le peuvent par d'autres moyens. Bref, avoir des orgasmes par des moyens autres que les rapports sexuels est une variante normale de la sexualité féminine. Autrefois, les gens pensaient que les femmes « matures » avaient leurs orgasmes pendant les rapports sexuels; vous consulterez peut-être un jour un bouquin qui véhicule cette idée. Toutefois, les études effectuées en laboratoire dans les années 1960 ont démontré qu'un orgasme est un orgasme, peu importe la façon dont on y parvient. La façon dont vous parvenez à l'orgasme n'a rien à voir avec votre santé mentale ou maturité émotionnelle. Mythe : Si une femme ne peut atteindre l'orgasme (anorgasmie) elle est « frigide » ou il y a quelque chose qui s'avère mal chez elle ou dans ses relations. Réalité : Les femmes qui ont déjà connu l'orgasme mais qui n'y arrivent plus souffrent peut-être d'un problème d'ordre médical ou d'un problème lié aux effets secondaires d'un médicament. Les femmes qui n'ont jamais atteint l'orgasme n'ont peut-être tout simplement pas appris le genre et la durée de stimulation dont elles ont besoin. Mythe : Si une femme n'atteint pas l'orgasme c'est la faute de son partenaire. Réalité : Bien qu'un partenaire amoureux puisse aider une femme à atteindre l'orgasme de diverses façons, c'est finalement la femme qui est responsable de son propre plaisir sexuel. Cela ne signifie pas que son partenaire n'a rien à y voir; cela signifie que c'est à la femme de dire à son partenaire ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas au lit. La communication entre partenaires est importante. Mythe : Une femme doit avoir un orgasme afin de ressentir un plaisir sexuel. Ce mythe semble plus courant chez les hommes que chez les femmes. Réalité : Un bon nombre de femmes aiment la proximité et l'intimité physique liées au sexe et se disent bien même si elles n'ont pas, ou n'ont jamais, d'orgasme. Retournez Ce que vous pouvez faire
Vous détendre
Il est possible que vous y mettiez trop d'ardeur. Contentez-vous de jouir du moment présent sans vous demander si oui ou non vous aurez un orgasme.
Communiquer
Dites à votre partenaire ce que vous aimez ou ce que vous n'aimez pas en matière de sexualité. Personne ne peut lire dans vos pensées.
Encourager
Si vous ou votre partenaire faites quelque chose qui est agréable, continuez de le faire tant que vous ressentez du plaisir.
Apprécier
Votre incapacité à atteindre l'orgasme ne constitue pas un reflet de votre féminité ou de votre santé psychologique ou émotionnelle. Vous rabaisser ne fera que rendre les choses plus difficiles.
Fantasmer
Certaines femmes ont de la difficulté à se concentrer pendant les relations sexuelles. Si c'est votre cas, vous pourriez essayer de vous livrer à des fantasmes, c'est-à-dire quelque chose qui vous « allume » pour vous aider à vous concentrer sur l'activité sexuelle. Si vous avez l'impression que vous êtes très près d'avoir un orgasme mais que vous n'y arrivez pourtant pas, resserrez et relâchez les muscles de votre plancher pelvien. Cet exercice peut déclencher un orgasme.
Stimuler
Pour certains couples, les relations sexuelles se terminent lorsque l'homme éjacule. Souvent, c'est à ce moment précis que la femme est sur le point d'atteindre l'orgasme. Si tel est votre cas, vous pouvez demander à votre partenaire de continuer à vous stimuler avec ses mains ou sa bouche une fois qu'il a éjaculé. Certaines femmes ne sont pas à l'aise de le faire croyant que ce serait égoïste ou que ce serait ennuyeux pour leur partenaire. En fait, il se peut que votre partenaire apprécie beaucoup vous donner du plaisir. Plutôt que d'être égoïste, vous donnez à votre partenaire la chance de vous faire plaisir.
Retournez
Un petit mot sur les vibrateurs
Les vibrateurs, électriques ou à piles, fournissent une stimulation plus intense que celle qu'on peut obtenir par les relations sexuelles ou la masturbation. Ils peuvent être particulièrement utiles si vous souffrez d'une affection qui rend difficile l'atteinte d'un orgasme, par exemple la sclérose en plaques, ou même si vous ne souffrez d'aucune affection. Vous pouvez utiliser le vibrateur seul, ou avec votre partenaire comme activité faisant partie des relations sexuelles.
Retournez
Lectures suggérées
Il existe un grand nombre de bons livres présentant des « exercices » qui vous aideront à atteindre l'orgasme. Habituellement, on vous apprendra d'abord à avoir un orgasme par vous-même, puis une fois que vous connaîtrez le degré de stimulation dont vous avez besoin, vous pourrez montrer à votre partenaire ce qui vous plaît. Il pourrait aussi être utile que votre partenaire lise un de ces livres. En raison de leurs croyances religieuses, certaines femmes pensent que l'autostimulation, ou la masturbation est répréhensible. D'autres femmes qui ont les mêmes croyances pensent que puisque l'objectif à long terme est d'améliorer leurs relations, l'autostimulation se justifie à court terme.
  1. For Yourself: The Fulfillment of Female Sexuality – Lonnie Barbach. Écrit il y a plus de 20 ans par une femme qui a dirigé des groupes de femmes pré-orgasmiques, ce livre relate un grand nombre de récits personnels. Les femmes aiment ce livre parce qu'elles constatent qu'elles ne sont pas seules dans leur cas et qu'elles peuvent s'identifier à l'un ou l'autre des récits.
  2. Becoming Orgasmic – Julie Hieman et J. LoPiccolo. Un peu plus clinique que le livre précédent, il contient aussi des exercices destinés à aider la femme à réfléchir sur la provenance de ses idées sur le sexe et de s'interroger sur leur réalisme.
  3. The Gift of Sex – Cliff et Joyce Penner. Écrit par un couple chrétien, il s'agit d'un livre très sincère et très utile, en particulier pour les femmes qui trouvent que certaines des suggestions ou des hypothèses proposées dans les livres « laïques » sont inacceptables.
  4. L'orgasme au féminin– Christine L'Heureux, Montréal: L'Aurore, 1979.
Si aucun des livres proposés ou des suggestions faites ne vous est utile, vous pourriez songer à consulter un/une sexologue ou un/une psychologue spécialisé(e) dans le traitement des dysfonctions sexuelles.