Nouvelles à la SOGC

Selon une enquête au Canada, des lacunes demeurent dans les connaissances des Canadiennes sur la santé sexuelle et la contraception

La contraception a beaucoup évolué au cours des dernières décennies, sauf qu’une nouvelle enquête auprès des Canadiennes montre que le taux de grossesses imprévues demeure élevé à environ 61 %. Malgré les dizaines d’options désormais sur le marché et offertes tant aux hommes qu’aux femmes, la pilule contraceptive, le condom et le coït interrompu sont encore les trois méthodes de contraception de prédilection.

Les résultats préliminaires de l’enquête nationale ont été dévoilés ce matin lors de la Conférence clinique et scientifique annuelle de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Ces résultats comparent les données de 2016 à celles recueillies en 2006 lors de la même enquête. Le rapport expose les tendances, les attitudes et les comportements associés à la sexualité et à la contraception chez plus de 3 200 Canadiennes. Certains résultats ne changent pas :

  • La plupart des femmes ne connaissent pas les nombreuses options de contraception sur le marché;
  • Le dispositif intra-utérin (DIU) est l’une des méthodes les plus efficaces sur le marché, mais la plupart des femmes ne savent que très peu de choses à son sujet;
  • Les femmes de plus de 30 ans sont moins susceptibles d’avoir recours à la contraception ou aux condoms.

Consultez la version intégrale du communiqué aux médias