Nouvelles à la SOGC

La SOGC demande un système pancanadien de surveillance pour réduire la mortalité maternelle

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) demande la création d’un système pancanadien de surveillance afin de suivre avec exactitude l’incidence de morbidité grave et de mortalité maternelles au Canada. Un article de synthèse, publié dans le numéro de ce mois-ci du Journal d’obstétrique et gynécologie du Canada (JOGC), indique qu’il est difficile d’établir des cibles et de mettre sur pied des programmes, des politiques, des priorités et des interventions qui pourraient sauver des vies lorsque l’on recueille des données mal calculées ou sous-déclarées.

« Même si le Canada affiche le taux de mortalité maternelle le plus bas des pays de l’Amérique du Nord, nous savons que les données ne tiennent pas compte de nombreuses causes non obstétricales ni des accidents évités de justesse », explique Dre Jocelynn Cook, directrice scientifique en chef de la SOGC. « Nous croyons aussi que les définitions de l’OMS sur la mortalité et la morbidité maternelles doivent être prolongées au-delà de 42 jours après la fin de la grossesse en plus d’inclure d’autres causes relatives à la santé mentale, à la toxicomanie, à la violence et aux accidents. »