Santé des Autochtones

La SOGC se dévoue à la défense des droits des femmes et à l’avancement de leur santé sexuelle et reproductive en abordant les inégalités de santé et en faisant la promotion d’un accès en temps opportun à des soins de qualité dans le respect de la culture de chacun. La santé des populations marginalisées et vulnérables est particulièrement menacée et nécessite qu’on accorde une attention particulière aux facteurs sociaux, culturels et économiques qui peuvent avoir des effets sur elle.

Depuis 2006, la santé des Autochtones est un pilier fondamental de l’orientation stratégique de la SOGC. La SOGC crée, en collaboration avec des parties prenantes et des organismes autochtones et non autochtones, des politiques, des directives cliniques, des séances de formation médicale continue et des documents promotionnels sur la santé. L’objectif est de faire progresser la santé des Autochtones en offrant du soutien et des ressources dont les professionnels de la santé ont besoin pour prodiguer des soins respectueux de la culture des patientes.

La SOGC travaille également en collaboration avec les communautés autochtones afin de faire progresser le respect de leur culture dans les soins de santé et la guérison. Le Comité sur la santé des femmes autochtones participe activement à faire la promotion de l’équité en matière de santé des femmes autochtones et offre ses connaissances pour faire avancer les projets et programmes communautaires.

Dans le cadre de cette mission, avec l’aide de nombreux bénévoles membres de la SOGC, des projets favorisent le développement des domaines d’expertise suivants :

  • Renforcement de la capacité des centres de santé à offrir des soins respectueux de la culture;
  • Élaboration et adaptation de directives cliniques;
  • Mise en place d’outils d’assurance de la qualité et de mécanismes de soutien;
  • Défense des droits et sensibilisation du public.

La SOGC a mis au point une directive clinique et des déclarations de principe pour soutenir ces activités :

  • Dix-huit pour cent de toutes les Canadiennes, dont bon nombre sont autochtones, vivent dans des collectivités rurales ou éloignées. En raison de l’expatriation de routine pour l’accouchement, les femmes autochtones sont souvent forcées de vivre seules leur accouchement, loin de chez elles, de leur famille et de leur réseau de soutien. Pour bien des femmes enceintes en santé, cette expérience s’est avérée stressante, teintée de langueur et coûteuse en plus de causer des effets néfastes sur la santé. La SOGC prône le retour de l’accouchement dans les collectivités rurales et éloignées pour les grossesses à faible risque. Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, consultez la déclaration de principe de la SOGC intitulée Retour de l’accouchement dans les communautés autochtones, rurales et éloignées.